Réforme des rythmes scolaires

Intervention sur un texte législatif

Lors de l’examen du projet de loi de finances pour 2014, Bernard GÉRARD a saisi l’occasion d’une séance de questions portant sur l’enseignement scolaire pour interroger le ministre de l’Éducation sur la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires décidée par décret en janvier 2013.

Il a rappelé que l’enjeu principal était la prise en compte de l’intérêt de l’élève et de son rythme de vie.

Cela étant dit, de graves questions se posent, selon le député. Il a soulevé notamment le problème de financement que présente cette réforme, étant donné que son coût par élève et par an avait été estimé à 150 euros par le gouvernement, mais que les retours d’expérience situent ce coût entre 350 et 450 euros par enfant, au minimum.

Il a ajouté que « les rythmes scolaires posent une vraie question, sur laquelle tous les élus sont prêts à travailler, mais dans la concertation et en se donnant du temps », tout en pointant le fait que cette réforme a été menée de façon chaotique.

Bernard GÉRARD a conclu en affirmant « qu’il y a un vrai problème de concertation et de moyens, qu’il faut incontestablement aborder avec les élus locaux. »