Lutte contre le recours à une mère porteuse

Intervention sur un texte législatif

Bernard GERARD a pris la parole dans l’hémicycle à l’Assemblée nationale lors de l’examen des propositions de loi, issues des parlementaires de droite, visant à rendre constitutionnel le principe d’indisponibilité du corps humain d’une part, et visant à lutter contre le recours à une mère porteuse d’autre part.

Il s’est dit outré « de la manière dont se déroule un débat d’une telle importance. » Le Parlement a été muselé par le gouvernement socialiste, en faisant courir le risque que « les Français ne se retrouvent plus dans les institutions censées les protéger. »

Il a précisé que « s’agissant plus précisément de la GPA, personne n’a le droit de voler à un enfant son histoire. C’est bien pourquoi nous voulons garantir à notre société que la GPA ne sera jamais possible. Un enfant doit pouvoir connaître son histoire, sa fratrie, ses racines : c’est ce qui est en jeu au travers de la GPA. »

Il regrette que ces propositions de loi n’aient pas été adoptées, ce qui n’aurait permis ce protéger la valeur famille dans notre société.