Légitime défense des policiers

Intervention sur un texte législatif

Avant de faire adopter un amendement à l’unanimité en février 2017 au projet de loi relatif à la Sécurité publique, Bernard GERARD avait déjà défendu le droit des policiers de bénéficier d’un régime de légitime défense à même de leur permettre de défendre pleinement leurs concitoyens.

En mars 2015, lors de l’examen en Commission des Lois de la proposition de loi d’Éric Ciotti relative à la légitime défense des policiers (n° 2568), Bernard GERARD a pris la parole afin d’insister auprès de ses collègues députés sur plusieurs points. « Il en va de la sécurité comme de la santé. Sur le plan des principes, tout le monde devrait être pour », a-t-il rappelé. Malheureusement, nombreux sont les témoignages qui relatent des situations où les policiers nationaux eux-mêmes ont des difficultés à assurer leur propre sécurité. Par exemple, il a cité une situation où des policiers s’étaient trouvé barricadés « à la suite d’instructions leur défendant de passer par leur portail d’accès habituel, consistant en une porte en verre dépourvue de gâche électrique, car l’État n’a pas encore eu les moyens de fournir l’équipement nécessaire à leur mise en défense. »

Bernard GERARD a donc demandé des comptes au ministre de l’Intérieur « pour savoir quelles mesures il prend pour protéger les policiers. » Selon le député du Nord, tout l’enjeu est d’avancer « sur une solution respectueuse des droits fondamentaux, mais propre également à renforcer la protection de notre police nationale. »